La Cheffe


Intriguée depuis toujours par le produit et curieuse de sa transformation, sensible aux arts de la table, gourmande mais surtout épicurienne, le métier de Cheffe m’apparait vite comme une évidence. Au fil des années et aux gré de mes rencontres, mon intérêt pour la profession se renforce et ce qui n’était au début, qu’un attachement devient très vite une vocation.

Je me définis aujourd’hui comme humaniste par naissance, écologiste par nécessité et féministe par obligation.

Humaniste par naissance

C’est avant tout un esprit de partage et de transmission qui me poussent à m’orienter vers cette activité. La table est pour moi un endroit privilégié, d’échange et de discussion. Un arrêt précieux, un point de rencontre, un lieu de vie fondamental : « n’y a-t-il pas toujours un moment dans la journée où l’on s’arrête pour manger ? »

Ecologiste par nécessité

C’est en grandissant dans les montagnes Jurassiennes, au cœur d’une nature préservée que je prends pleinement conscience de la notion d’écologie. La faune et la flore locale, les produits de terroir, l’agriculture raisonnée participent à mon évolution tant physique que mentale, et contribuent à me forger une personnalité engagée et responsable.

Féministe par obligation

C’est à l’issu d’un long parcours initiatique et après avoir fait preuve d’opiniâtreté et de détermination, que je m’affranchie des a priori et paradoxes de la profession. Mon débat de toujours ne porte pas sur une opposition « homme-femme » mais bien sur une équité réelle. Je compose mes équipes sans me soucier des sexes, mixe les origines ethniques et culturelles, apprécie les différences d’âges et garde la conviction profonde d’une complémentarité évidente autant que nécessaire.